7 Janvier 2020

Comment adapter l'éducation pour répondre aux besoins du futur du travail ?

À quoi ressembleront les futurs leaders de 2050, qui représentent principalement la jeunesse d’aujourd’hui ? A eux seuls, les Millennials compteront déjà pour 30% de la masse salariale en 2030. De quelles compétences auront-ils besoin pour s’épanouir dans le futur monde du travail ? Quelle posture les aidera à faire face à un environnement augmenté par la technologie ? 

Wise, un sommet international sur l’éducation, a récemment évoqué ces questions avec le thème “Désapprendre, réapprendre, ce que cela signifie d’être humain » (“Unlearn, Relearn, what it means to be human”). JobTeaser et Jérémy Lamri, notre Directeur Innovation, Recherche et Prospective, ainsi que de nombreux représentants du monde de l’éducation et de la formation, ont partagé leur vision pour imaginer un future plus inclusif :

  • à travers une pédagogie par projets, comme c'est au sein de High Tech high, en Californie,
  • en changeant notre façon de penser l'orientation et la formation avec la théorie des intelligences multiples,
  • en cultiver les "4C", à savoir la communication, la créativité, la collaboration et l'esprit critique.

Apprendre de façon active pour développer des compétences multiples

Aujourd’hui, l'éducation est centrée sur l’apprentissage de matières classiques et l’accumulation d’informations. Or au XXIème siècle, nous en sommes justement saturés. Les compétences techniques deviennent quant à elles obsolètes en 12 à 14 mois en moyenne, contre 40 ans dans les années 1970. L’automatisation de nombreuses activités remplace les processus les plus répétitifs, exigeant des individus de résoudre des problèmes complexes. De fait, les modèles traditionnels d’éducation ne sont pas suffisants pour faire face aux enjeux du futur du travail.

La capacité à développer son esprit critique, ses qualités de communication, de collaboration et sa créativité sont essentielles pour s’épanouir dans le monde du travail à venir. Pour les apprendre ou les entretenir, une approche de l’apprentissage par projets ou intégré offre des résultats probants. 

Par exemple, au sein de l’école High Tech high, en Californie, les différentes disciplines (maths, biologie, etc.) sont enseignées à travers des projets concrets en groupe. Chacun apprend différentes compétences à travers la réalisation d’un objet concret, puis le présente devant des professionnels. L’occasion d’apprendre à collaborer en équipe, communiquer efficacement, puis de pitcher son idée. Ce sont autant de compétences qui seront directement mobilisées en entreprise.

Développer notre perception de l’intelligence pour repenser l’éducation

« Si l’on vous demande de déterminer qui est le plus intelligent entre Neymar, le joueur de football et Einstein, il y a 30 ans, tout le monde aurait parié sur Einstein, en se basant sur une intelligence logico-mathématique. Aujourd’hui, on aurait plus tendance à dire « cela dépend pour quoi ».

Cette anecdote, énoncée par Jérémy Lamri à Wise fait écho à la théorie des intelligences multiples, d’Howard Gardner. Cette théorie présente l’idée que nous développerions 9 formes d’intelligences bien spécifiques : logico-mathématique, interpersonnelle, intrapersonnelle, spatiale, linguistique, corporelle-kinesthésique, existentielle, musicale, naturaliste.

9 intelligences

La multiplicité d’intelligences offre une perspective intéressante par rapport à la formation des jeunes. Aujourd’hui, l’éducation est principalement basée sur l’intelligence logique-mathématique, or personne ne développe cette intelligence spécifique de la même façon. Reconnaître l’importance des intelligences multiples et les intégrer dans l’orientation à l’école ou en entreprise pourrait permettre de dédramatiser l’exercice, et aider chacun à développer son propre potentiel.

Quelles compétences du 21ème siècle pour s’épanouir au travail ?

Demandez à des jeunes enfants d’imaginer à quoi ressemblera le futur dans 50 ans, ils évoqueront certainement un scénario impliquant des voitures volantes et des robots. Mais si vous les interrogez sur leurs aspirations professionnelles, il est fort possible qu’ils citent les métiers d’aujourd’hui – ce qui correspond précisément à ce que leurs études les ont préparés à faire. Or, depuis quelques années, le fossé entre les compétences des jeunes et des métiers ne cesse de se creuser, en particulier pour des domaines comme l’Intelligence Artificielle ou la cybersécurité. 

Quelles compétences alors doit-on développer pour soutenir les jeunes dans leur évolution au sein de l’entreprise ? 

Les 4 C, à savoir la créativité, collaboration, esprit critique, et la communication, s’imposent souvent comme les compétences essentielles du 21ème siècle. Pourquoi ? Parce qu’elles nous permettent de nous adapter en temps réel à une situation évolutive, les rendant peu automatisables. En entreprise, elles sont essentielles pour gérer l’information et résoudre des problèmes complexes. Au-delà de ces compétences bien identifiées par les entreprises, les institutions, d’autres sont centrales. La capacité d’apprentissage, l’éthique, la flexibilité, sont essentielles pour naviguer dans un monde volatil, incertain, et développer une vision à long terme au sein de l’entreprise. Ces compétences sont portées par une forte conscience de soi et des autres. 

La génération Z fait face à de nombreuses tensions. Elle devra trouver des solutions imaginatives à des dilemmes d’ampleur : ressources limitées, réchauffement climatique, vagues de migration, éthique au sein de l’IA, vieillissement de la population… Une endurance émotionnelle sans précédent sera nécessaire pour y faire face.

C’est pourquoi les institutions et les entreprises ont un rôle important à jouer. Ils ont tous deux une responsabilité d’aider les jeunes à développer les compétences qui leur permettront de s’épanouir, alors que la technologie bouleverse notre quotidien et le travail tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Publié par
Noémie Baudouin
Partager

Articles suivants

[RAPPORT] Orientation professionnelle: décrypter le passé pour imaginer le futur

Hier, comment trouvait-on sa voie ? A quoi ressemblera l'orientation professionnelle demain ? JobTeaser propose d'explorer le passé et le futur de l'orientation professionnelle à travers un rapport de prospective, réalisé par son équipe Innovation.

Marion Theis
06 Février 2020
Lire
[Étude de cas] Comment l’Université du Middlesex transforme-t-elle le potentiel des étudiants en réussite ?

Nous avons eu la chance de rencontrer Alan Stuart, directeur du service carrières et employabilité (MDXworks),pour lui poser quelques questions sur l'approche de la MDX en matière de diversité et d'inclusion.

Camille Moreau
11 Novembre 2019
Lire
Orientation professionnelle 2.0 : imaginer le service carrières du futur

Lors du Career Services Day 2019, nous avons mis à l'épreuve les spéculations les plus folles, découvert des prédictions valables et partagé de nouvelles idées sur ce à quoi la profession ressemblera dans les 10-20-50 années à venir.

Bojana Jankova
30 septembre 2019
Lire