Mercredi 07 Juillet

Les 3 plus grands défis des établissements d'enseignement supérieur en 2021  

Après les remous de la crise sanitaire en 2020, cette année a été particulièrement complexe pour les grandes écoles et les universités. Elles ont relevé de nombreux défis à la fois : fournir un soutien émotionnel aux étudiants, les aider à trouver un emploi et les soutenir dans leur orientation professionnelle. Comment les établissements d'enseignement supérieur repensent leurs priorités pour 2021 et se préparent à un avenir incertain ? 

Le 17 juin, JobTeaser a renouvelé un événement européen rassemblant plus de 23 pays et 300 professionnels des services carrières issus d'écoles et d'universités : le Career Services Day. Découvrez ici les principaux enseignements de cet événement !

Challenge #1 : garantir le développement des compétences pour tous, quel que soit le milieu d'origine

"Cette crise a été à la fois un miroir des inégalités structurelles qui se sont amplifiées partout et un accélérateur de la transformation numérique". Dans son discours d'ouverture lors de l'événement du Career Services Day de JobTeaser, Stefania Giannini, sous-directrice générale de l'éducation à l'UNESCO, a souligné le double impact de la crise sur les services d'orientation professionnelle. 

D'une part, avant même l'impact de COVID-19 sur nos vies, la 4e révolution industrielle transformait déjà les emplois et entraînait un risque lié à l’obsolescence des compétences. Selon un rapport du Forum économique mondial, d’ici à 2022, 42 % des compétences de base requises pour exercer les emplois existants devront évoluer. Par ailleurs, pendant la crise, l'accès à l'internet était inégal entre les pays. Plus d'un tiers des étudiants dans le monde n'ont pas pu accéder aux services des écoles à distance. Pour les services d'orientation professionnelle, cette situation a remis sur le devant de la scène l’importance de l’acquisition de compétences transférables d'un métier à un autre (notamment les soft skills) pour s'épanouir dans une économie en constante évolution. L'autre aspect de ce défi : veiller à ce que ce processus d'acquisition de compétences soit accessible à toute personne à distance, indépendamment de son origine ou de son réseau.

Challenge #2 : les soft skills, un facteur clé de différenciation dans la proposition de valeur de l'enseignement supérieur 

Le savoir étant plus accessible que jamais, comment les écoles et les universités peuvent-elles apporter le plus de valeur aux étudiants ? Comment peuvent-elles les préparer efficacement à un monde où une proportion importante d'emplois sera difficile à prévoir ? Ces sujets animaient les échanges du Career Services Day.

Pour Jens Aedtner, Directeur des relations avec les anciens élèves et du bureau de développement de carrière de la Mannheim Business School GmbH, "ce qui distinguera la réussite d'une personne par rapport à une autre ne sera pas lié au savoir qu'elle possède, mais à sa capacité à le partager, à travailler efficacement avec les autres. Par conséquent, le rôle des services d'orientation professionnelle est de faciliter ce partage en mettant les étudiants et alumni le plus possible en situation d'exercer leurs soft skills." 

À cet égard, la capacité à entretenir un réseau actif et à établir des relations à long terme peut faire la différence d'aujourd'hui. En effet, les jeunes talents ont l'habitude d'entrer en relation rapidement les uns avec les autres, mais maintenir un réseau actif peut être plus difficile pour eux - et c'est là que les services d'orientation professionnelle interviennent. "Ce que nous constatons, c'est que nos jeunes étudiants ont l'habitude d'avoir des échanges virtuels ou sur place qui sont de courte durée ou axés sur un sujet spécifique. Nous essayons de faire renaître les échanges à long terme, en revenant à l'entretien des relations sur la durée", explique Jens.

Challenge #3 : réinventer les liens à distance

Pour les écoles et les universités, l'un des plus grands défis en 2020 et 2021 est de réinventer un sentiment de communauté à distance. En effet, vivre une expérience sociale est l'un des aspects les plus importants de la vie étudiante. Or, cet aspect de la vie étudiante a été mis entre parenthèses pendant la crise de la pandémie. Comment renforcer ces liens à distance ? Voici les conseils du doyen de l'ESCP Business School, Andreas Kaplan, pour faire face à une période aussi complexe : 

Choisir des intervenants qui trouveront un écho auprès des étudiants

L'une des principales façons d'imaginer une expérience en ligne puissante pour les étudiants est de rechercher des personnes auxquelles les étudiants peuvent s'identifier. Par exemple, un junior en entreprise qui peut parler de ses difficultés à trouver son premier emploi, ou quelqu'un qui a vécu la crise financière de 2008 sera en mesure de fournir un point de vue solide et authentique sur la façon de rester résilient et créatif dans les moments difficiles. 

Adopter l'apprentissage mixte (le blended learning) sur le long terme

Le modèle de la classe inversée (où les élèves complètent les lectures chez eux et travaillent à la résolution de problèmes en direct pendant les cours) existe depuis longtemps. Mais aujourd'hui, grâce aux expérimentations menées pendant la crise, ce modèle peut devenir plus amusant et interactif (avec l'ajout de plusieurs médias vidéos, quiz, etc.). Ce modèle peut également offrir de meilleures analyses aux enseignants, ce qui favorise l'engagement sur le long terme. 

S'appuyer sur la communauté des anciens élèves 

Pendant une crise, il est essentiel de pouvoir compter sur un réseau ou un système de soutien solide pour faire preuve de résilience et atténuer les sentiments d'isolement ou de frustration. Reprendre contact avec votre communauté d'anciens élèves (Alma Mater, futurs anciens élèves en recherche d'emploi), leur demander directement une opportunité d'emploi ou un soutien émotionnel pour vos étudiants peut les aider à se sentir moins vulnérables.

Vous avez manqué notre Career Services Day? Regardez le replay ici

Publié par
Noémie Baudouin
Partager

Articles suivants

L’ENSAM : “Cette année n’est pas une parenthèse. Nous sommes sorties de notre zone de confort et avons vu de nouvelles possibilités ”

En 2020, face à un contexte inattendu, l’ENSAM (L'école Arts et Métiers) a adapté l’ensemble de ses interactions et événements en ligne. L’objectif ? Conserver le lien entre entreprises et étudiants et orchestrer à distance l’ensemble de ses opérations de mécénat. Quels ont été les principaux défis à relever ? Découvrez comment JobTeaser les a accompagnés dans cette transformation.

Noémie Baudouin
Lundi 14 Décembre
Lire