Lundi 15 Février 2021

Adrien Ledoux et Nicolas Lombard : “ Un nouveau standard entre présentiel et digital va se mettre en place pour les recrutements.”

Après une année 2020 éprouvante pour le recrutement, à quoi doit-on s’attendre pour les prochaines années ? Nicolas Lombard et Adrien Ledoux, co-fondateurs de JobTeaser, nous livrent leur vision et leur analyse sur le sujet. 
Quel est l’impact de la crise du COVID-19 sur les recrutements ?  

“Depuis le second confinement, nous notons un peu plus d’attentisme lié à l’incertitude générale et au contexte fluctuant", explique Adrien Ledoux. "Cependant, les grandes structures et des petites entreprises ont des attitudes différentes. Pour les grandes entreprises, il est important de recruter régulièrement de nouveaux profils afin de ne pas avoir de trou dans la pyramide d’âge de leurs salariés, ce qu’ils ont connu par le passé lors de précédentes crises. Les petites entreprises restent plus frileuses.”

Nicolas Lombard complète : “Nous observons une continuité dans le recrutement malgré une volumétrie qui se réduit dans certains secteurs. Le recrutement reste critique : nous n’avons pas observé de stop complet au recrutement.”

Les écoles ont fait la transition vers le virtuel.

Quels nouveaux services avez-vous développé dans le contexte de la crise ?

“Comme les écoles et universités n’ont pas pu conserver leurs événements physiques, il y a eu une transposition massive vers le virtuel. Nous l’avons accompagnée en créant une solution, le Virtual Career Fair. Ce qui est intéressant, c’est que toutes les écoles ont fait cette transition, et la plupart disent que cette transformation perdurera au-delà du confinement. Les forums en ligne leur ont montré de que de nouveaux usages étaient possibles, avec plus de souplesse, de facilité d’organisation. Les étudiants sont par ailleurs de moins en moins sur les campus, avec des étudiants internationaux plus nombreux.

De manière générale et pour continuer à répondre à notre mission (We’ve got your back), nous avons aussi soutenu et aidé les étudiants qui pouvaient se retrouver perdu, livrés à eux-mêmes. Pour ce faire, nous avons mis en place du coaching, de l’accompagnement sur le CV, sur les entretiens, afin de leur apporter plus d’opportunités. Cela s’est notamment concrétisé par des sessions de chat live avec nos partenaires et entreprises, pour apporter des conseils concrets dans un contexte d’incertitude", explique Adrien Ledoux.

Téléchargez le rapport de prospective de JobTeaser

“Un usage que nous avons mesuré, c’est l’explosion du nombre de candidatures sur la plateforme de JobTeaser", confirme Nicolas Lombard. "Nous avons senti que le rapport de force s’est temporairement inversé entre étudiants et entreprises. Nous ne savons pas à quel point cette tendance va s’ancrer dans le temps. La génération qui entre aujourd’hui sur le marché du travail sera toujours là dans quelques années. Ne sera-t-elle pas en concurrence avec la génération de l’année suivante ?”

Quel est la tendance la plus marquante pour le recrutement du coté des écoles ? 

“L’ensemble des écoles est passée aux forums online et trouver des plans B", explique Nicolas Lombard. Passer au virtuel permet de spécialiser les forums par thématiques. C’est dans la stratégie des plus grandes business schools qui spécialisaient déjà leurs forums en fonction d’axes spécifiques (finance, par exemple). Les forums online permettent désormais de nouveaux usages, une plus grande facilité à regrouper différents acteurs issus de régions, voire de pays différents : des barrières se sont levées. Si cette crise a été un choc pour faire changer les pratiques, cela a aussi permis de mettre en place de nouveaux outils et façons d’appréhender une nouvelle façon d’envisager les forums.”

Un nouveau standard va se mettre en place pour les recrutements

Va-t-on basculer vers du tout virtuel ?

Selon Adrien Ledoux, ce n'est pas l'option qui semble la plus plausible : “je pense que nous allons évoluer vers des modèles hybrides, avec les technologies qui aideront pour la présélection (screening). Idem, pour les forums, je pense que toute la phase de préparation permettra de sélectionner les candidats et faire de la rencontre physique un moment privilégié.”

Nicolas renchérit : “de la même manière que les entreprises se dirigent vers un modèle équilibré entre le remote et le présentiel, un nouveau standard va se mettre en place pour les recrutements. Les salariés ont ressenti un confort vis-à-vis du télétravail, tandis que les entreprises ont bien plus confiance en leurs salariés à distance. C’est pourquoi les frontières se brouillent. Cependant, le présentiel reste indispensable, notamment pour l’onboarding des jeunes talents.”

Au niveau de l’onboarding, quels sont les enjeux clés dans la situation actuelle ?

“Sur la partie maîtrise du produit, le fait d’onboarder en ligne permet à chaque nouvel arrivant d’être plus actif dans sa découverte de nos solutions." En revanche, souligne Adrien Ledoux, "au niveau de la culture d’entreprise, il y a un danger à ne pas percevoir suffisamment l’ADN de l’entreprise. Ils voient moins les comportements, il y a moins de place pour la sérendipité, ce qui est critique en onboarding. C’est une période où certains sont vulnérables, il est plus complexe de prêter attention aux signaux faibles à distance.”

Quelle est la place des softs skills dans le recrutement, par rapport au diplôme ? Les diplômes deviendront-ils obsolètes dans le futur ?

Adrien Ledoux souligne qu'il est "très important côté candidat de comprendre ses soft skills et de les mettre en avant, pour pouvoir ensuite s’épanouir dans un job qui ne sera pas à contre-emploi et ne le “consumera” pas. C’est quelque chose que les jeunes talents ne font pas systématiquement. Ils sont plus dans la recherche d’un emploi que dans l’introspection. Côté entreprise, on observe que certaines commencent à prendre en compte les soft skills dans leurs processus, notamment au regard de leur culture. Par contre, nous réalisons que cela va prendre plus de temps car les biais liés aux diplômes restent très présents.” 

“ Je ne suis pas 100% convaincu que les diplômes n’auront plus de valeur dans le futur.", souligne Nicolas Lombard. "Ils restent des marqueurs forts, pour savoir si quelqu’un sera performant ou non. Je pense que les diplômes resteront importants sur les hard skills. Il ne faut pas oublier que les soft skills ne sont qu’une partie des compétences nécessaires. Au-delà de cette question, les appétences, les moteurs de motivation, l’énergie, la personnalité vont jouer un rôle déterminant pour savoir si un jeune talent va s’épanouir au sein d’un emploi. Il est très important pour un étudiant de bien se connaître et que le recruteur connaisse bien ses offres d’emplois pour réussir la rencontre.”

Selon vous, qu’est ce qui va être critique pour le recrutement dans les années à venir ?

“Spontanément, je dirais que c’est la connaissance de soi qui compte pour les jeunes talents", explique Adrien Ledoux. "C’est dommage de ne pas faire ce travail d’introspection le plus vite possible, pour comprendre quels sont ses forces et ce qui permettrait de s’épanouir. Côté entreprise, le point critique est ce que les entreprises comprennent quels profils ils attendent, et d’avoir une culture très claire. Par exemple, au sein de Netflix, la culture est très marquée : le fait d’être à l’aise dans l’incertitude et de pouvoir prendre des décisions y est très important, ce qui facilite la compréhension des attentes pour les candidats. 

Une culture d’entreprise forte est un compas, une boussole pour les candidats qui permet moins d’erreurs de recrutement. L’épanouissement des collaborateurs est aujourd’hui indispensable pour la performance de l’entreprise.”

Nicolas Lombard conclut : “les entreprises ont une responsabilité de bien choisir chaque candidat. Il est important qu’elles s’intéressent aux soft skills, à la personnalité de chaque personne pour lui permette de s’épanouir dans son job, qui repose sur 3 conditions : correspondre au poste, la culture, la mission de l’entreprise, et le management. De fait, améliorer les processus de recrutement en ce sens est capital, mais l’adaptation des pratiques managériales l’est tout autant. L’entreprise a tout à gagner à avoir des personnes épanouies au travail : c’est un résultat de beaucoup d’actions, ce qui commence par définir sa mission, sa culture, ses pratiques managériales.”

Pour en savoir plus, téléchargez notre rapport de prospective sur le futur du recrutement des jeunes diplômés.

Publié par
Noémie Baudouin
Partager

Articles suivants

Alexandre Pachulski, Talentsoft : “Abordons le recrutement sous forme de projets”

Cette année, JobTeaser a décidé de mener une grande réflexion sur l’avenir du recrutement. Pour enrichir notre réflexion, nous sommes allés à la rencontre d’Alexandre Pachulski, l’un des créateurs de Talentsoft, une suite intégrée de gestion des talents. Ses différentes facettes (entrepreneur, essayiste, conférencier) lui donnent l’opportunité d’appréhender les transformations à venir du marché du recrutement avec un point de vue unique. Décryptage.

Noémie Baudouin
Lundi 08 Février 2021
Lire
[INTERVIEW] Claude Monnier, Chief People Officer, Sony Music : “On doit par principe faire confiance à la génération Z”

Cette année, JobTeaser a décidé de mener une grande réflexion sur l’avenir du recrutement. Pour croiser les points de vue, nous sommes allés à la rencontre de Claude Monnier, à la tête des ressources humaines chez Sony Music, afin de parler recrutements réinventés et génération Z. L’occasion de partager son expérience et de décrypter les futures tendances du recrutement à venir.

Noémie Baudouin
1er février 2021
Lire
Mathilde Le Coz, Mazars France : “Je rêverais que l’on puisse recruter sur les appétences des personnes, au-delà des compétences”

Cette année, JobTeaser a décidé de mener une grande réflexion sur l’avenir du recrutement. Nous sommes allés à la rencontre de Mathilde Le Coz, à la tête des ressources humaines chez Mazars, afin de parler de la place des algorithmes et outils d’intelligence artificielle et de la place du marketing pour concevoir son parcours candidat. 

Noémie Baudouin
Lundi 18 Janvier 2021
Lire

Vous souhaitez recevoir nos conseils par email ?

Abonnez-vous pour recevoir notre newsletter tous les mois

Téléchargez notre livre blanc Empowering the New Gen !

Toutes les clés pour faire de l'entreprise un lieu d'impact et d'épanouissement pour la nouvelle génération

Télécharger le livre blanc