Mercredi 23 juin 2021

Les biais cognitifs et leur impact sur le recrutement - #1 - Les stéréotypes

Notre cerveau traite de très nombreuses informations, et c’est pour cela que certaines sont traitées de manière automatique. C’est là qu’interviennent les biais cognitifs aussi appelés “les heuristiques”. En effet, au quotidien, ce sont des raccourcis qui vont nous faire gagner du temps et éviter la surchauffe ! En revanche, ils peuvent aussi être responsables de jugements hâtifs et pas forcément objectifs. Comment ces biais peuvent avoir un impact dans le recrutement ? Auguste Dumouilla, Chercheur en Psychologie de l’Orientation chez JobTeaser, nous en dit plus sur le sujet.

"Dans un recrutement la sensibilité est souvent exacerbée"

Comment définir les stéréotypes ? 

Émettre un stéréotype, c'est avoir une croyance concernant les caractéristiques qu'une personne partagerait avec sa catégorie sociale. Concrètement, un individu peut être amené à catégoriser des personnes selon l’idée qu’ils possèdent des  propriétés communes. Un exemple ? Un individu en tenu de pompier sera souvent perçu comme aimable, serviable, musclé... Ces raccourcis automatiques peuvent nous faire gagner du temps, mais aussi impacter l’objectivité de notre jugement sur une personne. Peut-être que ce pompier n’est pas réellement ce qu’on imagine !

Concrètement, comment les stéréotypes affectent les recrutements ?

Dans un recrutement, la sensibilité est souvent exacerbée pour le candidat comme pour le recruteur. Le phénomène du stéréotype va impacter très puissamment le recruteur qui se doit d’être le plus objectif possible dans son évaluation afin de départager les meilleurs candidats ! Si l’on s’attarde plus spécifiquement sur les stéréotypes de genre, on s’aperçoit que les représentations sociales des caractéristiques liées à la masculinité vont comprendre  l'accomplissement de buts, l’assertivité ou encore l’individualisme, alors que les représentations sociales des caractéristiques liées à la féminité font référence à la sensibilité, au soin des autres et à l’ancrage de soi dans un tissu de relations sociales.

"En tant que recruteur il faut s'efforcer de ne pas renvoyer le candidat à une catégorie sociale donnée"

Quel est l’impact des stéréotypes de genre sur le recrutement ? 

Ces stéréotypes de genre sont très dangereux et ont comme conséquences la perpétuation de plafonds de verres qui subsistent encore aujourd’hui, privant les femmes des postes à haute responsabilité. En 2018, 93% des chefs de moyennes et grandes entreprises demeurent des hommes. De même, seules 3% des dirigeants d’entreprises du CAC 40 sont des femmes.

Que faire pour éviter ce biais ? 

Si l’on se place au niveau de l’entreprise, pour limiter l’impact des stéréotypes dans le recrutement, il est possible d’agir à 3 niveaux :

1. La mise en place d’une politique de recrutement non-discriminatoire : 

  • mettre en place des recrutements structurés et standardisés pour lutter contre la puissance du feeling.
  • justifier les prises de décisions et se baser sur des faits concrets (grilles d’évaluation, entretiens structurés)
  • prévoir des sanctions en cas de non-respect de ces prérogatives. 

2. Sensibiliser et former des recruteurs autour de deux grands axes : un rappel des mécanismes de fonctionnement des stéréotypes et biais cognitifs et un rappel législatif des peines encourues si l’on discrimine durant un recrutement. 

3. Enfin, en tant que recruteur, il faut s’efforcer de ne pas renvoyer le candidat à une catégorie sociale donnée (e.g., son genre, sa classe sociale, son origine ethnique, etc.) Pourquoi ? Pour éviter que son interlocuteur ne s’autocensure. En effet, le mécanisme de la ‘menace du stéréotype’ fait qu’on peut intérioriser des attributs négatifs d’une catégorie sociale spécifique, ce qui pourrait avoir pour conséquence pour le candidat de saboter inconsciemment ses propres performances  

Nous vous donnons rendez-vous pour un prochain article dans lequel nous évoquerons l’effet de halo ! 

Pour en savoir plus découvrez notre rapport de prospective sur le recrutement qui traite de ces sujets.

Publié par
Auguste Dumouilla
Partager

Articles suivants

Anne Le Bruchec, Chief People Officer - JobTeaser : “Notre projet de télétravail est ambitieux, car nous avons pris le temps de la réflexion”

Nombreuses sont les entreprises qui tentent aujourd’hui de définir un cadre pérenne. Comment appréhender la généralisation du télétravail sans se précipiter ? Comment réussir à franchir un cap en s’adaptant au contexte unique de son entreprise ? Anne Le Bruchec, Chief People Officer au sein de JobTeaser, nous dévoile les coulisses du projet de télétravail et de flexibilité qu’elle a mené au sein de JobTeaser.

Noémie Baudouin
2 septembre 2021
Lire

Vous souhaitez recevoir nos conseils par email ?

Abonnez-vous pour recevoir notre newsletter tous les mois

Téléchargez notre livre blanc Empowering the New Gen !

Toutes les clés pour faire de l'entreprise un lieu d'impact et d'épanouissement pour la nouvelle génération

Télécharger le livre blanc